Mais noooon, je veux pas faire de la pub pour Netflix… 😉 Je sais juste que beaucoup d’entre vous, chers amis Radis, avez un abonnement. Et justement, sur Netflix il y a PLEIN de choses à voir quand on s’intéresse à la cuisine du monde ! Seulement, faut faire le tri, car y’a à boire et à manger… Avouons-le, il y a quand même beaucoup de navets. Voilà pourquoi j’ai souhaité écrire cet article. J’ai fait mes petites recherches, j’ai testé tout un tas de séries, film et documentaires très bizarres, et je vous dévoile maintenant… la crème de la crème ! 🙂

Allez, j’arrête les métaphores culinaires et je vous livre mon top 7 ! Avec ça, dépaysement et gourmandise garantis. On va voyager dans les assiettes du monde entier, tout en restant au chaud dans notre canapé 😉

N°7. Somebody Feed Phil : pérégrinations d’un Américain gourmet


Somebody Feed Phil : pérégrinations d'un Américain gourmet

Cette première émission est une dédicace à mon Papa, qui adore Phil et le trouve “trop rigolo” ! C’est vrai qu’il est terriblement attachant et sympathique, ce Phil… C’est un peu “Les Carnets de Julie”, avec le flirt en moins et la petite dose de folie douce en plus ^^

“Que quelqu’un nourrisse Phil !”

Avec Philip Rosenthal, alias Phil, on voyage de partout dans le monde. Il nous emmène en Italie, en Louisiane, à Tel Aviv… Et partout il emmène avec lui sa bonne humeur et son joyeux coup de fourchette. Toujours bien accueilli et bien nourri, il nous fait découvrir des passionnés de cuisine dans chacune de ses destinations.

Bref : une émission qui met de bonne humeur, qui donne faim et qui nous chatouille l’envie de voyager !

N°6. The Cravings : obsessions culinaires d’une jeune Coréenne

The Cravings, les obssessions culinaires d'une jeune coréenne

Là on est sur du “super-facile à regarder” : des petits épisodes de dix minutes, vraiment déjantés comme seuls savent les faire les Asiatiques, et à prendre au 4ème degré… On suit les péripéties quotidiennes et amoureuses de la jeune héroïne, Jae-Yeong. Une épicurienne qui finit toujours par trouver le réconfort dans le plaisir simple de manger !

Même si l’histoire est concon, j’aime le côté très dépaysant de ces petites bouffées de pop culture coréenne. Et surtout, j’ai eu un coup de cœur pour les recettes express en fin d’épisode, où Jae-Yeong nous apprend en deux minutes chrono à préparer un bon p’tit plat réconfortant !

Si vous vous intéressez à la cuisine et au cinéma coréens, je vous invite à (re)lire mon best of des meilleurs films de bouffe asiatiques ! Ils ne sont pas sur Netflix, mais ils sont à voir à tout prix 🙂

N°5. The Big Family Cooking Showdown : un concentré de “Royaume-Unique”

Vous allez me prendre pour une dingue, mais j’ai adoré regarder cette émission de télé-réalité britannique. Pas à raison de trois épisodes par soir, comme ça peut arriver avec les meilleures séries, bien-sûr. Mais de temps en temps, un p’tit épisode en épluchant les légumes pour la soupe… Mine de rien, je me suis fait toute la première saison de cette sorte de “Masterchef” familial, déjanté et, croyez-moi, dépaysant !

The Big Family Cooking Showdown : un concentré de "Royaume-Unique"

Le principe est simple : des familles de trois personnes concourent les unes contre les autres pour gagner le titre de “meilleure famille de cuisiniers amateurs du Royaume-Uni”. Un pitch assez concon a priori… Mais, avec sa touche britannico-décalée, cette émission est irrésistiblement sympathique 🙂

So British!

En fait, ça ne pouvait que me plaire parce que c’est SO British. Je me suis délectée des accents des participants de différentes régions, mais aussi de différentes minorités ethniques. Cette émission joue habilement sur le profil hyper-multiculturel du royaume, tout en liant le tout à la sauce britannique. Les familles de rouquins succèdent aux Pakistanais, Syriens et autres citoyens exotiques. Résultat ? Sans m’y attendre le moins du monde, j’en ai appris plus long sur les cuisines levantine et indienne qu’au cours de toute l’année écoulée !!

Pour résumer, c’est facile à regarder, les familles sont attachantes et ça permet de découvrir des traditions culinaires du monde entier. Testez, et dites-m’en des nouvelles ! Je serai curieuse de savoir ce que vous en pensez…

N°4. A Pleines Dents : croquer l’Europe avec Gérard Depardieu

A Pleines Dents : croquer l'Europe avec Gérard Depardieu

Aaaaaah, Gégé… On peut dire ce qu’on veut, il est attachant ce Gérard Depardieu ! Et personne ne niera que c’est un bon vivant. Dans cette jolie série documentaire, originairement diffusée sur Arte, Gérard Depardieu voyage en Europe avec un ami chef et goûte tout ce qui lui tombe sous la patte. Loin de toute vulgarité, on découvre un Gégé curieux, épicurien, gourmand, drôle, qui va à la rencontre des gens et des terroirs avec une grande simplicité. Et qui y va “à pleines dents”, bien-sûr 😉

Dans chaque épisode de trente minutes, on visite une région différente : Bretagne, Italie du Nord ou encore Bavière. Les paysages sont très beaux, on apprend plein de choses sur les traditions culinaires des régions visitées et… ça donne franchement faim ! Mais ce qui fait le charme de l’émission, c’est la voix off narrée avec brio par Gérard Depardieu : on sent une vraie douceur dans sa voix, un vrai plaisir à partager ces souvenirs de voyage.

Et surtout, on rit !

Notamment avec les apparitions de son collègue et ami Edouard Baer dans l’épisode sur le Pays basque. Moi qui suis une grande fan d’Edouard, ça n’était pas pour me déplaire 😉 Et la complicité des deux acteurs est touchante.

Laurent, l’ami chef de Gérard Depardieu, vient de cueillir une poignée de haricots noirs : “Je vais amener ça à Gérard, il va manger ça cru.” Edouard Baer répond : “Prends des provisions, il a pas mangé depuis, quoi ? Une heure ?”

Plus tard, Edouard Baer raconte à Laurent : “Sur les tournages, Gérard, il apporte beaucoup de trucs. Des vins, beaucoup de charcuteries… Et moi la charcuterie le matin, à 6-7h sur un tournage… [grimace] Mais comme c’est difficile de lui dire non, on se retrouve dans des situations… !”

Ces citations résument bien l’ambiance 😉 Un seul mot d’ordre : la générosité !

N°3. The Mind of a Chef : au cœur de la cuisine fusion

Dans la première saison de "The Mind of a Chef", David Chang nous fait découvrir son univers autour de la cuisine fusion

La première saison de cette série documentaire très “foodie” est entièrement centrée sur le chef new-yorkais David Chang, et elle m’a tout de suite parlé. Le chef ultra-branchouille du Momofuku, habitué des plateaux TV et comptant un million d’abonnés Instagram, est en effet un grand ambassadeur de la cuisine “fusion” !

Si vous ne savez pas ce qu’est la cuisine fusion, voici une petite définition aussi partiale que personnelle : c’est ce courant de la cuisine qui horripile mon Grand-Pa, piochant dans les traditions le plus souvent asiatiques pour venir relever les plats occidentaux de mélanges de saveurs incongrus, d’une insolente liberté… Salade saumon-avocat-ananas, chicken wings au gingembre et autres cheesecakes au yuzu, quoi 😉

Avec ses origines coréennes et son nom bilingue, David Chang est ze incarnation du mouvement de la cuisine fusion, devenu presque mainstream tant il a gagné en popularité. Moi bien-sûr ça me parle beaucoup, je suis un produit de mon époque ^^ Et puis, étant une Française fan de cuisine japonaise et d’expérimentations, je crois que je ne pouvais pas faire autrement que de tomber là-dedans… D’ailleurs, David Chang est lui-même très influencé par le Japon, où se déroulent plusieurs épisodes ! J’ai eu grand plaisir à les regarder 🙂

David Chang nous partage ses lubies

Les épisodes sont courts (20 minutes) et le ton est léger, donc ça se laisse bien regarder. On suit Dave dans ses expériences loufoques, ses voyages, ses amitiés avec d’autres chefs à la mode… Chaque épisode a ainsi une thématique correspondant à ce qui lui tient à cœur : un ingrédient, un souvenir, un pays, un ami chef, etc. On apprend plein de choses, on découvre des ingrédients et des techniques très originaux : c’est top pour améliorer sa culture générale du monde gastronomique. En fait, on couvre toutes les dernières tendances de la bouffe hipster 😉

Les cinq autres saisons ont ensuite été tournées avec d’autres chefs, ce qui permet de faire un peu le tour des popotes. Et sinon, si on est très fan, on peut trouver une autre émission avec David Chang sur Netflix : Ugly Delicious (mais j’ai moins aimé).

N° 2 : Julie & Julia : quand Meryl Streep nous donne un cours de cuisine française 😉

Cette fois-ci, il s’agit d’un film que je n’ai pas découvert sur Netflix. En effet, je l’ai visionné pour la première fois il y a un bon paquet d’années, bien avant d’avoir un abonnement Netflix ! C’est une délicieuse comédie romantico-culinaire, un petit bijou méconnu qui n’a rien d’un nanar. Pour moi, Julie & Julia réunit ainsi deux gros atouts : c’est un film-doudou, terriblement facile à regarder, mais auquel le piquant de la fabuleuse Meryl Streep donne un relief inattendu !

Julie & Julia avec l'irrésistible Meryl Streep
Meryl Streep, comme d’hab… irrésistible !!

Je ne suis pas du genre à spoiler, mais laissez-moi vous livrer l’intrigue en deux mots : Julie, une jeune Américaine des années 2000, un peu paumée dans la vie, décide d’ouvrir un blog et de se lancer un défi. Elle tente de cuisiner en un an TOUTES les recettes de la bible culinaire vintage de Julia Child, sortie en 1961 : Mastering the Art of French Cooking

Le film oscille habilement entre la vie de Julie dans les années 2000 et celle de Julia dans les 50s, avec un ami commun mais capricieux qui les rassemble : la cuisine frrrrançaise ! (imaginer la voix du Général de Gaulle sur ce dernier mot)

Ce que j’aime dans ce film :

  • C’est l’histoire vraie d’une des premières… blogueuses de cuisine !!!
  • Il donne envie de redécouvrir les classiques de la cuisine française (je me suis moi-même essayée aux haricots-beurre-citron après l’avoir regardé)
  • Le personnage joué par Meryl Streep est TELLEMENT attachant : cette grande asperge, bourgeoise déjantée et gourmette, avec sa joie de vivre communicative
  • Le couple adorable qu’elle forme avec son petit mari chauve, aussi improbable que touchant

Bref, ça se regarde sans faim, surtout par un dimanche pluvieux 🙂

N°1 : Chef’s Table : portraits de chefs exceptionel(le)s

Incontestablement mon chouchou. J’ai découvert cette série de documentaires sur Netflix il y a quelques mois, et depuis je n’ai pas été déçue par un seul épisode. Dès les premières minutes, j’ai été frappée par la qualité de cette série docu, tant au niveau de l’esthétique que de la réalisation. La série, créée par David Gelb en 2015, en est maintenant à sa quatrième saison. A ma connaissance, elle est exclusivement diffusée sur Netflix.

Portrait de la cheffe Niki Nakayama dans Chef's Table
Niki Nakayama, chef de n/naka à Los Angeles : une de mes chouchoutes. Son histoire est vraiment touchante !

Le concept ? Chaque épisode dure une heure et brosse le portrait d’un ou d’une chef de renom, allant de ses souvenirs d’enfance à ses plats signature, en passant par ses ambitions, ses chagrins d’amour, ses amitiés…

Il y a plusieurs choses que j’adore dans Chef’s Table :

  • D’abord le générique, très esthétique, dont je ne me lasse pas ;
  • Ensuite, les images, d’une très haute qualité graphique, amenant à la fois précision, poésie et gourmandise ;
  • Mais surtout, le storytelling ! Car oui, ces documentaires de cuisine racontent bien des histoires. Et ces histoires, ce sont celles des chefs que l’on “rencontre” à chaque épisode, à travers un récit qui souvent touche à l’intime. La réalisation rythmée et touchante permet de se plonger dans les parcours hors-normes de ces personnalités elles aussi hors du commun. Plus qu’un beau documentaire de cuisine, on a vraiment affaire à une passionnante biographie. Et on découvre que, pour percer en haute-cuisine, il faut beaucoup de talent, de chance, d’ambition, d’opiniâtreté et… de sacrifices !

Mes épisodes préférés ?

Hmmmmm… Franchement, ils sont TOUS bien. Mais disons que ces trois-là m’ont particulièrement marquée :

  • Jeong Kwan : une adorable moniale coréenne, qui vit dans un temple au milieu de la nature et prépare une cuisine monastique végane, d’une sublime simplicité.
  • Niki Nakayama : une attachante chef d’origine japonaise, qui vit aux Etats-Unis et a dû se battre pour faire son chemin dans le monde fort misogyne de la haute-cuisine.
  • Massimo Bottura : chef italien superstar et super-sympathique ; un gros poisson qui compte quand même quelques 863 000 followers sur Instagram ! Je le connaissais déjà mais je l’ai découvert sous un nouveau jour, bien plus intime. J’ai été particulièrement émue par l’histoire qu’il partage avec sa femme…

Pour résumer : une série de documentaires d’une qualité exceptionnelle, qui permettent à la fois de se faufiler dans les coulisses de la haute-cuisine, de voyager dans le monde entier avec des images superbes et d’aller à la rencontre de personnages vraiment marquants !

Et j’en passe, des vertes et des pas mûres…

Pour vous livrer ce top 7, chers zamis, j’en ai testés des trucs bizarres !! Car sur Netflix on tombe quand même sur des œuvres pas piquées des vers. Samouraï Gourmet, Food on the Go, The Great British Menu, Let’s Eat, Japanese Style Originator, The Hairy Biker’s Chicken & Egg… Autant vous dire que je n’ai pas ménagé ma peine.

Alors, les Radis adeptes de Netflix, vous avez déjà testé ces petites pépites ?  Je n’ai rien oublié j’espère… ? 😉

Cet article a 4 commentaires

  1. Hildegard

    Bon, maintenant Nounette, t’es Ôbligée de me filer ton code sous risque de haute frustration hildegardienne !

  2. Criclecroque

    Oh quel bel article!
    Et merci poulette pour la dédicace,😋
    Je vais essayer ce pas tenter le dernier de la liste que tu nous proposes
    Grand merci!

Laisser un commentaire